Ressources humaines

« L'intelligence artificielle ne peut pas évaluer la personnalité d'un candidat »

Entretien avec Thomas Honoré, business developper chez Staffmatch.
Likez JOBSFERIC sur Facebook

 

 

Votre start-up met des intérimaires à disposition des entreprises et recourt au digital uniquement pour les questions de gestion et d’administration. Pourquoi ne pas avoir fait le choix des algorithmes pour créer un matching entre candidats et postes à pourvoir ?

 

 

Je dis un grand oui à l'intelligence artificielle car c'est la nouveauté, c'est vers cela que se dirige notre société. Au sein des RH aussi, l'IA a sa place mais comme un outil qui doit être utilisé à bon escient. Les chatbot par exemple sont très efficients pour soulager un service qui doit toujours répondre au même question quand un nouveau collaborateur arrive. Pour le recrutement en revanche, je ne sais pas encore quelle forme cela peut prendre. Nous nous dissocions de cette approche car selon nous, l'IA et les algorithmes mettent en valeur des critères de compétences qui correspondent au besoin d'un poste mais qui ne permettent pas de savoir si la personnalité du candidat est adaptée à l'entreprise qui embauche.

 

 

En quoi la solution proposée par Staffmatch se différencie-t-elle de ce qui existe sur le marché intérimaire ?

 

 

Notre spécificité consiste justement à nous appuyer sur cette double approche physique et numérique. Nous nous situons ainsi entre les majors du secteur qui croulent sous la paperasse mais rencontrent les candidats en physique et les nouvelles entreprises de l'intérim où tout ne passe plus que par le digital. Nous conservons l'aspect humain par le biais de nos agences parce que cela nous paraît essentiel. Mais nous rendons le travail des entreprises plus faciles grâce à la digitalisation de la gestion et de l'administration.

 

 

Quels sont les services digitaux que vous proposez aux entreprises ?

 

 

Nous utilisons Adobe pour la signature des contrats. Le relevé d'heure se réalise en quelques clics et de manière précise. Si l'intérimaire sort à 21 heures 07 par exemple, ce sera cette heure exactes qui sera indiquée et la facturation du paiement sera ajustée. Nous proposons aussi un agenda électronique et des factures téléchargeables sous format PDF. L'employeur a donc tous ses contrats à disposition s'il en a besoin pour un contrôle de l'Ursaff, par exemple. Il nous est aussi possible d'obtenir une attestation Pôle emploi ou une demande d'acompte en quelques clics. Le fait que tout soit centralisé permet de gagner du temps, de faciliter l'activité des services RH mais aussi d'être en règle et d'être plus tranquille. Les intérimaires disposent de leur côté d'une application mobile.

 

 

Les entreprises s'adaptent-elles facilement à cette digitalisation ?

 

 

Certaines entreprises rustiques ne voulaient pas travailler avec le digital… Il y a donc eu des réticences au début, puis elles finissent par s'y mettre car elles savent que c'est l'avenir. En revanche, d'autres reconnaissent rapidement que cela va leur simplifier le travail.

Que pensent vos clients du fait que vous fonctionnez encore avec des agences physiques ?

Cela les rassure énormément, ils veulent cette rencontre physique. Savoir si une personne est dynamique, si elle s'exprime bien, ce sont des critères trop subjectifs pour être identifiés par un algorithme, les DRH en sont conscients. Ils sont aussi attentifs au bien-être de leurs salariés et cela passe par cette rencontre humaine.

 

 

Les intérimaires ne risquent-ils pas de privilégier les plates-formes numériques où il est possible de s'inscrire en quelques clics ?

 

 

Le rendez-vous physique les rassure à eux aussi. Par exemple, une candidate de 20 ans m'a remercié par téléphone de l'avoir rencontrée car elle apprécie de savoir avec qui elle traite. Pour l'instant, nous arrivons à faire grossir notre marché donc le problème ne se pose pas. Nous sommes très proactifs. Si nos besoins augmentent, nous embaucherons une assistante de recrutement pour répondre de façon adaptée et trouver les bons candidats rapidement.

 

 

Propos recueillis par Chloé Goudenhooft

 

Staffmatch a été créé en avril 2015 pour mettre des intérimaires à disposition des entreprises. Si tout l'aspect gestion passe par le digital, la start-up rencontre les candidats de façon physique par le biais d'agences implantées dans plusieurs villes de France.

@StaffmatchFr

 

 

Ecrit par / Propos recueillis par Chloé Goudenhooft le 12/04/2018
Mots-clefs : Staffmatch, start-up, intérimaires, intérim, tendances RH, innovation RH
Métiers associés :
A voir également

#IA : 2018, l'année de l'accélération

« BIG DATA » : le retour des apprentis sorciers

Une gestion des carrières située à la croisée des services

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +
Derniers articles
Articles les plus lus