Ressources humaines

Le management 3.0

Par Emmanuelle Jardat, directrice innovation et RSE chez Orange France.
Emmanuelle Jardat : Le manager 3.0 est agile, ouvert sur l’extérieur, intrapreneur, et travaille en réseau.
Likez JOBSFERIC sur Facebook

 

 

 

 

Comment peut-on définir le management 3.0 ?

 

 

Chez Orange, nous avons créé le réseau femmes mobiles et le sujet du nouveau manager a émergé rapidement : comment, dans un monde nouveau, où le numérique, les réseaux sociaux donnent de l’information plus rapidement que la hiérarchie, comment définir le nouveau rôle du manager ?

Le 1.0, c’est internet, l’accès à l’info. Le 2.0, les réseaux sociaux : on peut répondre à l’info ! Le 3.0 : c’est le fait que l’info dont on a besoin nous arrive directement, grâce au big data : plus besoin d’aller chercher ce dont on a besoin, mais l’info nous trouve : dans un monde mobile, accessible et universel. Pour l’électricité, on peut faire le parallèle. Le 1.0 : on a l’électricité partout jusque dans chaque foyer. Le 2.0 : on peut fabriquer sa propre électricité, on peut la partager/ la revendre. Le 3.0 de l’électricité serait de ne fabriquer que l’électricité dont on a besoin.

Les aspects : mobile, accessible et universel que l’on voit sur Wikipedia nous semblent convenir à la définition du manager 3.0. Aujourd’hui, les réseaux sociaux, le télétravail, les générations Y et Z, la volonté des salariés d’avoir une vie meilleure, de ne pas faire de « burn out », la communication non violente, les développements des adhocraties et holacraties, l’émergence de valeurs et tribus nous poussent à nous reposer al question de la définition et du rôle du manager.

 

 

Comment définiriez-vous le manager 3.0 idéal ?

 

 

Agile, ouvert sur l’extérieur, favorisant l’initiative et faisant preuve lui-même d’intraprenariat, travaillant en réseau, en transversal, à l’aise avec les nouvelles technologies, disponible, maniant son équilibre vie pro/vie perso facilement et parlant simplement de sa vie perso au boulot ! Le manager 3.0 met ses équipes en avant, en étant dans le partage : le care and dare. Il s’occupe des personnes et ose ! Le manager 3.0 sait traiter les erreurs avec optimisme, ne cherche pas le coupable pour le mettre au placard ! Il favorise la prise de risque.

 

 

Les freins et les leviers ?

 

 

Les freins sont surtout liés au poids et au pouvoir de la hiérarchie : hiérarchie « au kilo » : au nombre de personnes encadrées, ou aux grades des personnes encadrées. Le manager classique pense qu’il doit décider. Au mieux, il demande l’avis de son équipe, mais se sert souvent simplement de son équipe comme de consultants et le manager décide ensuite. Or, il devrait laisser le débat s’installer, puis laisser les équipes décider. Il devrait donc être plus dans le lâcher prise (et la prise du risque de ne pas contrôler) et la CONFIANCE.

Ne pas tenir comptes de lieux ou des temps de travail. Ne pas contrôler ni exiger du présentiel. Cela oblige aussi à fixer des objectifs clairs, autres que ceux que le manager a lui-même reçus.

Poser les questions du pourquoi pour donner du sens, aller vers le comment, mais jamais le « quoi » : laisser le « quoi » aux équipes, et, si possible, le « comment » aussi.

Manager par l’émotion et la reconnaissance, faire grandir ses équipes, développer leurs compétence et leur employabilité.

Le manager 3.0, même s’il nous semble aujourd’hui un objectif inatteignable, devra demain se repositionner en tenant compte de toutes ces attentes, ou sinon, on fera sans manager du tout ;-)

Ecrit par Christel Christel le 06/06/2014
Mots-clefs : management 3.0, Emmanuelle Jardat directrice innovation et responsabilité sociale d’entreprise chez Orange France.
Métiers associés : Manager
A voir également

Du "slow business" au "slow recruitment"

Formation et gestion des talents sont imbriquées

Dossier spécial MOOC

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +
Derniers articles
Articles les plus lus