Ressources humaines

Recrutement 2.0 : une question de représentation

Tout recruteur est devenu un ambassadeur de son entreprise qui séduit et propose.
Wavebreakmedia - Recruteur 2.0

 

 

 

 

Délivrer une image de soi pour porter l’identité de son entreprise. Tel est le challenge actuel du recruteur, première porte d’entrée de l’entreprise, qui doit séduire les candidats en leur permettant de s’identifier à la marque portée. Tout recruteur maîtrisant le Web 2.0 a donc pour obligation de soigner ses profils numériques. Emmanuel Stanislas, Pdg du cabinet de recrutement Clémentine, développe : « Aujourd’hui, les candidats débrouillards et réactifs iront regarder sur Viadeo ou LinkedIn la page de la personne qui les a contactés, quel collaborateur ils doivent remplacer et, le cas échéant, chercheront même à contacter celui-ci afin de connaître les raisons de son départ. » Les candidats peuvent donc se forger rapidement leur propre opinion sur l’entreprise concernée. Un recruteur 2.0 ne sera par conséquent embauché que s'il est à l'aise avec son image sur le Web et maîtrise les différents médias. 

 

 

L’ère du recruteur témoin

 

 

Il doit donc s’ouvrir au candidat, être TRANSPARENT. Et éventuellement, témoigner de son expérience personnelle au sein de l’entreprise, à la manière des anciens diplômés envoyés comme émissaires au sein de leur ancien établissement de formation pour séduire les futurs potentiels.

Il s’agit alors, pour le recruteur, de se métamorphoser en « ambassadeur » de l’entreprise, grâce à une communication affichée, non « corporate », et principalement axée sur les réseaux sociaux ! En parallèle, tous les professionnels s’accordent à dire que les sites emploi, dépositaires des annonces, conservent toujours leur utilité. Leurs offres sont seulement complétées par un partage plus ciblé sur les réseaux sociaux, notamment grâce à l’analyse sémantique. Le recruteur 2.0 jongle par conséquent avec tous les outils qui sont à sa portée et devient statège !

 

 

Savoir développer une relation directe et intime

 

 

Sur un réseau social, la relation recruteur/recruté est transformée, intime, directe. Ce qui est logique puisque les réseaux sociaux ne sont pas conçus à la base pour l’emploi, même si certains d’entre eux sont étiquetés plus professionnels que d’autres. À proprement parler, ils sont avant tout des lieux d’échange et de partage. La multiplication des offres d’emploi depuis quelque temps déjà n'occulte pas pour autant leur philosophie initiale. « Les cabinets comme le nôtre y démarchent des candidats, qui se sentent parfois harcelés par des chasseurs insistants, qui veulent satisfaire une demande pénurique, ajoute Emmanuel Stanislas. On doit être subtil pour détourner et intéresser des personnes déjà en poste en leur proposant des missions alléchantes. »

Conseil : le recruteur doit considérer le candidat potentiel comme un futur collègue, et non se mettre dans la posture d’un supérieur hiérarchique au risque de l’intimider et de le laisser filer. L’humilité est requise sur les réseaux sociaux. Le recruteur RESTE à l’écoute du candidat. Une attitude collaborative qui bénéficie sur le long terme à l’image de entreprise pour attirer les meilleurs !

 

 

 

Guillaume Serres

Ecrit par Guillaume Serres le 05/03/2014
Mots-clefs : Recruteur, e-recrutement, recrutement 2.0, site emploi, offres d'emploi, réseaux sociaux professionnels, recrutement sur les réseaux sociaux
Métiers associés : Directeur (trice) / Responsable Recrutement
A voir également

Le secteur formation pâtit toujours de la crise !

De multiples missions pour les outplaceurs

Le profil type du responsable Rémunération

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +