Ressources humaines

Urgence d'un "relooking extrême" pour les RH !

Étude HR Trends 2015 du cabinet Deloitte.
Crédit : Getty images

 

 

 

3 300 leaders et responsables RH (dont 46 en France) dans 106 pays confirment les tendances fortes de ces dernières années mais, cette fois-ci, il y a urgence à réagir face au tourbillon des changements actuels. Quand on sait qu’un tiers des salariés à peine juge les politiques RH efficaces, il y a de quoi se remettre en question. La fonction RH doit se réinventer, voire subir un « relooking extrême » selon l’étude du cabinet Deloitte, HR Trends 2015, si les entreprises veulent rester en phase avec leurs salariés. Lors de la présentation de l'étude, plusieurs points cruciaux ont été abordés.

 

Urgence de satisfaire les Millenials

 

Le cabinet pointe du doigt l’arrivée massive dans les organisations des Millenials qui représenteront d’ici 2/3 ans 50% du personnel ! La littérature est abondante pour décrire leur façon de penser et d’agir, qui diffère largement de celle des générations précédentes. Les entreprises vont donc devoir jouer la carte de la transparence et s’ouvrir sur l’extérieur, répondre à leur besoin d’information et d’échange, appréhender le travail autrement dans une démarche de collaboration et de coopération. Il y a un an Glassdoor, site américain qui permet aux salariés de poster des avis sur leur entreprise,  n’avait pas encore sévi en France ! Toutes les entités sont aujourd’hui exposées au jugement des jeunes générations. Aucun pays ne fait exception à la règle : les pyramides démographiques se rétrécissent à la base et montrent clairement l’influence des Millenials dans les prochaines années. Demain, les entreprises vont se battre pour les mêmes talents à travers le monde, originaires du brésil, d’Inde de Chine ou encore du Canada. Les entreprises qui ne seront pas authentiques vont être pénalisées.

 

Urgence en matière de diversité

 

Les enjeux en matière de diversité sont très sensibles à l’heure actuelle au sein des grands groupes car ils ont un impact direct sur l’engagement des collaborateurs. L’écart de la France en matière de diversité, de mixité ou d’inclusion est de 18 points avec les autres pays européens. Or, suite à une étude sur la mixité réalisée en octobre 2014, le cabinet Deloitte avait constaté pour les métiers de la finance que les entreprises en faveur de l’égalité homme-femme bénéficiaient d’un écart de 140 points en matière d’engagement. Le niveau de confiance était plus marqué.

Les organisations ne sont plus plates, ni matricielles ; elles évoluent vite vers des activités transverses qui nécessitent davantage d’agilité et d’adaptabilité pour faire face aux évolutions rapides du business. Avec l’instauration d’une organisation du travail en mode projet, le leadership émerge à chaque niveau de l’organisation et des profils divers et variés peuvent être sollicités pour endosser de nouvelles responsabilités.

  

Urgence de porter un discours global cohérent

  

Par ailleurs, le recrutement devient compliqué car étroitement lié à la pertinence de la politique marque employeur. Cette dernière ne doit pas être décorrélée de la marque corporate. Les dernières campagnes de recrutement de Michel et Augustin et d’Uber illustrent bien le nouveau positionnement des employeurs. (Vidéo Michel et Augustin Est-ce que quelqu'un connait quelqu'un qui cherche un job ?  https://www.youtube.com/watch?v=fNdS81egBAw, Vidéo : Une campagne de recrutement signée Uber)

 

 

 

 

 

Urgence de faire émerger les talents

 

Ainsi, le cabinet de conseil met l’accent sur la nécessité de faire émerger des talents en interne, notamment grâce à la formation. Or, elle se réinvente depuis environ deux ans et le marché est ouvert. Le domaine des RH est frappé de plein fouet par une digitalisation rapide des modes d’apprentissage. Si les entreprises ne canalisent pas les savoirs, elles vont se faire distancer pour toutes les possibilités d’apprentissage ou de création de cours en open source comme les MOOCs. Le cabinet Deloitte alerte sur le fait que seulement 28% des entreprises pensent avoir les compétences suffisantes, contre 76% il y a un an ! Les formations sont de plus en plus marketées et vendues en interne pour trouver preneurs tout en satisfaisant les besoins de l’entreprise. "La formation et le développement sont devenus une priorité partagée au niveau mondial par 85% des entreprises."

 

Urgence de pousser les HR Analytics

 

Le métier de HR Analyst prend son ampleur avec une volonté affirmée d’optimiser la gestion des données massives ou Big Data pour servir une politique RH cohérente et efficace. En matière de recrutement par exemple, les recruteurs peuvent actualiser leurs données internes grâce à celles postées sur les réseaux sociaux régulièrement par leurs collaborateurs. Le flot d’informations externes peut alimenter et fiabiliser les éléments enregistrés dans leurs logiciels de gestion. La double compétence RH et marketing devient incontournable dans la nouvelle entreprise pour mesurer la performance Rh et imposer la fonction, au même titre que la fonction financière, au sein des comités de direction en lui permettant de peser dans les décisions stratégiques, notamment celles  liées à la gouvernance.

 

Urgence de se mettre à la techno

 

La RH est le parent pauvre de la techno. La révolution RH est en cours mais la fonction est encore mal outillée car les logiciels ne sont pas intégrés pour gérer l’ensemble des tâches à accomplir. Le logiciel en tant que service ou Software as a Service (SaaS) devrait accélérer la modernisation de la gestion RH. Le marché est en pleine explosion (+23% en un an). Les départements RH se confrontent souvent à la réticence de la DSI et doivent s’en affranchir en mettant en place des outils intuitifs et faciles d’utilisation.

 

Urgence de simplification

 

Dans ce monde de plus en plus complexe, d’infobésité et de rythme effréné, le besoin de simplification est criant.  Comment se concentrer sur son activité lorsque l’on consacre un quart de son temps à lire et répondre à ses mails, que l’on est dérangé toutes les 3 minutes, que l’on consulte son téléphone mobile près de 150 fois par jour ? Autant de questions soulevées par le cabinet Deloitte qui prône, lui aussi, le droit à la déconnexion en bloquant par exemple l’accès aux mails le week-end et le soir.

 

Urgence de penser l’avenir

 

Enfin, le cabinet de conseil introduit dans son étude le phénomène de l’arrivée et la place croissante des machines au sein des structures. « Aujourd’hui, 57% des DRH et DG interrogés considèrent cette tendance « importante » ou « très importante » pour leur organisation ». Machines versus talents ? Les entreprises s’y préparent-elles assez ? « 5% des dirigeants jugent savoir comment s’y prendre » à l’heure actuelle. Une redistribution des rôles qu’il va falloir pourtant anticiper.

 

Christel Lambolez

 

 

Les principaux défis identifiés en France :

 

  • Développer le leadership (87% des leaders interrogés)
  • Favoriser l’apprentissage et le développement (85%)
  • Faire évoluer ses technologies RH (73%)
  • Exploiter les analyses des données RH (75%)
  • Travailler sur la simplification du travail (70%)
  • Instaurer une culture de la diversité et de la mixité (65% mais 80% en France)
  • Repenser la relation Hommes / Machines (57%)

 

 

Ecrit par Christel Lambolez le 19/06/2015
Mots-clefs : Étude HR Trends 2015 du cabinet Deloitte, HR Analytics, Millenials, formation, recrutement, marque employeur
Métiers associés :
A voir également

En quête d'identité employeur

«Les nouvelles technologies nous obligent à réinventer nos métiers»

Responsable rémunération et avantages sociaux: vers une scission du métier?

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +