Ressources humaines

RH Up ! Les leviers RH de croissance des jeunes pousses

Par Armand Mennechet, DRH Conseil de direction.
Crédit photo Getty Images


Au sein des entreprises à croissance rapide, les RH jouent un rôle clé à différentes étapes de développement. Mathieu Trystram responsable secteur sciences de la Vie et Numérique de l’incubateur Agoranov, incubateur parisien dédié aux innovations technologiques, indique que les enjeux RH sont liés aux levées de fonds et leur impact sur l’organisation. « Au démarrage la nécessité de prouver la MVP (minimum valuable product) pour convaincre les financeurs de rejoindre le projet rend central le recrutement des talents sur les sujets clé (R&D, commerciaux), d’autant que le produit n’existe pas encore ; ceux-ci vont ensuite apprécier la capacité d’exécution des équipes à développer le projet, et à s’entourer de profils expérimentés ».

 

 

De la Start Up à la Scale UP

 

 

La phase de développement postérieure à la levée de fonds, appelée aussi « scale Up » est toute aussi sensible : comment et qui recruter sur une nouvelle échelle ? Comment sécuriser la croissance intensive de l’effectif, le passage de 2 à 10 voire 70 salariés ? «Le recrutement au départ construit autour des dirigeants fondateurs va s’élargir et les rôles initialement définis se modifier à mesure du développement de l’organisation, indique Mathieu Trystram pour qui «la fidélisation peut tenir à la qualité des process rh mis en place, mais aussi à la capacité de conviction du Dirigeant ; anticiper la projection des collaborateurs lors des changements d’échelle de l’organisation permet de mesurer leur capacité de pivot dans de nouveaux périmètres et devient un facteur clé de succès ».

L’incubateur Agoranov, propulseur de la start Up Criteo (3000 collaborateurs à ce jour) a ainsi mis en place un cycle rh de professionnalisation et des tables rondes d’échange au service de ses jeunes pousses.

Pascal Leuraud, co dirigeant de la Bio Tech Xentech, 40 collaborateurs, spécialiste de l’innovation préclinique en oncologie insiste sur les contraintes d’organisation propres à la Recherche & Développement à la fois en termes de temps de formation des collaborateurs, de réponse aux exigences clients (laboratoires pharmaceutiques) et d’alignement sur les standards mondiaux d’un secteur très compétitif. « Notre besoin rh a changé d’une demande de prestation simple à une demande d’expertise en organisation sociale pour accompagner l’évolution des attentes clients et développer la flexibilité horaire et ainsi maintenir notre position dans la compétition internationale ».

 

 

Intégrer le cockpit du dirigeant

 


Pour Clémence Henriot, DRH au sein de Sparte RH, société de DRH à temps partagé qui accompagne plusieurs start up, la travail auprès d’un dirigeant est plus large qu’en grande entreprise : le DRH «accompagne le projet d’entreprise dans son ensemble au-delà de son rôle classique d’expert; il assiste le dirigeant dans la gestion réglementaire et sociale qui n’est pas toujours bien évaluée au départ du projet, et doit être présent dans les grandes phases de développement, telles que les levées de fonds par exemple, car les investisseurs accordent une grande importance à la qualité des équipes et à leur potentiel d’évolution ; d’autant que ces phases de développement peuvent se dérouler dans un temps très court».

Selon qu’il s’agit d’un primo dirigeant ou d’un multi entrepreneurs la configuration n’est pas la même, et l’accompagnement rh doit s’adapter. Pour Emmanuel Lafont, Dirigeant fondateur de Sparte RH, « le DRH en start-up doit dépasser son rôle technique et établir un lien étroit de confiance avec le dirigeant ».

 


La communication collaborateurs

 


La gestion humaine du dirigeant est un facteur clé de succès de la jeune pousse : l’accompagnement tant des collaborateurs que des managers est très exigeant car «des salariés peuvent accepter des concessions à l’embauche, puis attendre une revalorisation conséquente à la hauteur de leur très haut degré d’investissement dans l’aventure de leur société» note Clémence Henriot, DRH à temps partagé, Sparte RH. «La gestion du risque collaborateur, non seulement sur le volet prud’homal mais aussi en matière de propriété intellectuelle, nécessite d’être incorporée à la gestion globale et passe par une sécurisation en amont» indique Mathieu Trystram d’Agoranov.

La communication employeur en particulier dans les start up du digital gagne aussi à être maîtrisée ; «habitué aux canaux digitaux et à des modes de management plus agiles, le dirigeant de la start up numérique peut être parfois amené à en dire trop et à brouiller l’impact de sa communication vers ses salariés. Il est donc important de l’accompagner lors des différentes phases de sa croissance et de sa dynamique stratégique» indique Clémence Henriot. Pour cela, «la recherche de cohésion interne et la dimension humaine représentent un levier clé au même titre que la technologie et la qualité du business plan» pour Emmanuel Lafont, dirigeant de Sparte RH.

 

Armand Mennechet

Ecrit par Armand Mennechet le 18/01/2017
Mots-clefs : Start-up RH, innovation RH, tendances RH
Métiers associés :
A voir également

«Nous devons déclencher l’état d’urgence numérique»

L'entreprise, lieu d’expression citoyenne ?

«Le nouveau paradigme technologique peut assurer le plein emploi !»

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +