Ressources humaines

Marque employeur : se transformer de l’intérieur pour rayonner à l’extérieur

Un entretien avec Sylvie Verstraeten, DRH de SQLI.
Likez JOBSFERIC sur Facebook

 

Quelles sont les ambitions du groupe SQLI dans les années qui viennent ?

 

 

Je suis chargée d’accompagner le plan stratégique « Move up 2020 » qui vise à faire de SQLI le leader européen du digital et de l’expérience client. Ma mission est de construire une stratégie RH en adéquation avec le projet d’entreprise. Afin de réaliser nos objectifs, nous devons recruter plus de 700 spécialistes de l’innovation digitale : consultants, leaders techniques, développeurs web agiles, UX et web designer, experts big data, product owners, architectes, chefs de projet, business analysts AEM en 2018. Notre force c’est l’expérience client digitale et notre laboratoire d’innovation interne nous permet d’être à la pointe de la technologie et en prospective constante sur l’évolution des tendances et des métiers.

 

 

De l’expérience client à l’expérience collaborateur, il n’y a qu’un pas. Comment bien satisfaire ses clients internes ?

 

 

Tout d’abord, il faut leur apporter du sens pour permettre à chacun de trouver sa place et de s ‘épanouir dans sa fonction.
Nous avons commencé par mener une réflexion sur la mission de l’entreprise afin de mieux engager les salariés. Il faut capter l’attention en véhiculant des messages forts sur qui nous sommes et où nous allons.
Le DRH et le directeur général doivent de nos jours travailler de concert pour apporter une vision commune. Plus que jamais, le DRH devient un des vecteurs de la stratégie globale car il s’occupe de la principale ressource de l’entreprise : les hommes et les femmes qui la composent. Je dirais même que le premier DRH de l’entreprise c’est le directeur général lui-même. Il lui revient de donner l’impulsion pour transformer l’entreprise de l’intérieur.
Nous avons une stratégie de croissance par acquisitions et venons d’intégrer Star Republic et Osudio, deux acteurs majeurs qui nous permettent d’étendre notre influence en Europe. Notre politique RH suit les ambitions d’internationalisation du groupe et les recrutements se font à hauteur de 45% hors de France.

 

 


Comment faites-vous pour trouver les talents dont vous avez besoin pour assurer justement votre rayonnement à l’international ?

 

 


Notre attractivité des talents repose beaucoup sur notre capacité à leur offrir une dimension internationale. Nous développons également de nombreuses formations en interne pour leur permettre d’évoluer et d’avoir des carrières intéressantes. Nous nous efforçons de développer leur employabilité et de les former pour répondre aux besoins du marché : nous avons même créé l’Académie Adobe pour faire face à la pénurie de profils spécialisés.
Notre cible est essentiellement les candidats qui ont déjà trois ans d’expérience et nous essayons de développer notre notoriété auprès d’elle. Il n’est pas toujours facile de trouver les bons profils. Aussi, nous misons beaucoup sur la cooptation et sommes très actifs sur les forums qui regroupent des communautés d’experts. Notre stratégie est de déployer un écosystème suffisamment puissant pour attirer à nous les bonnes personnes. Nos experts rédigent régulièrement des tribunes, interviennent dans des meet-up et se font connaître auprès des cibles. Nous organisons également des rencontres basées sur la prospective de nos métiers et l ‘évolution des technologies. Il faut sans arrêt nourrir les réflexions et les débats pour intéresser les communautés.

 

 


Vous avez décidé d’incarner le changement et l’innovation managériale en repensant vos espaces de travail. Pouvez-vous nous présenter votre réflexion pour faciliter la flexibilité, l’ouverture et la collaboration ?

 

 


Il s’agit effectivement de trois idées fortes qui, cumulées, permettent de casser les silos. La flexibilité, l’ouverture et la collaboration doivent être assurées grâce à des univers transverses, créatifs et moins structurés qu’auparavant. Nous déménageons en février 2018 car nous souhaitons réunir l’ensemble de nos salariés parisiens, actuellement répartis sur quatre sites, au même endroit, au sein d’un espace pensé pour favoriser les échanges et la collaboration. Les espaces seront ouverts, aérés et modulables, avec de petites salles de réunion, des « creative rooms » destinées à libérer la parole et les initiatives, un Lab, un espace « multiroom», sorte de showroom pour recevoir entre autres les clients. On a prévu également un immense plateau, sorte de grand café pour favoriser les échanges entre collègues et la convivialité, un espace « gaming » qui propose des jeux en ligne, ou encore un espace « Digital Detox ».

 

Aujourd’hui, le travail peut s’effectuer au sein de l’entreprise, à domicile, mais également chez le client, au sein d’espaces de coworking ou dans des tiers-lieux. Notre objectif en 2018 est de développer le télétravail en partant du besoin du collaborateur et des enjeux liés à son métier. Les collaborateurs auront ainsi la faculté d’adapter leur façon de travailler aux exigences de leur quotidien. Il est évident que dans ce type d’approche le management doit évoluer et les modes d’organisation du travail également. Plus autonomes, les collaborateurs sont davantage responsabilisés sur les tâches qu’ils ont à accomplir.
Nous mettons tout en œuvre pour favoriser l’engagement et le bien-être et par conséquence renforcer notre attractivité sur le marché auprès des talents.

 

 

 

Propos recueillis par Christel Lambolez

Ecrit par / Propos recueillis par Christel Lambolez le 05/01/2018
Mots-clefs : Marque employeur, Sylvie Verstraeten DRH de SQLI
Métiers associés :
A voir également

Du "slow business" au "slow recruitment"

Quid de la QVT au regard des ordonnances de la Loi Travail?

#Podcast : Tendances en matière de formation

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +
Derniers articles
Articles les plus lus