Ressources humaines

Le «Pathomanagement»

Par Jean-Christian Wilmes co-fondateur de Valoriance.

A l’origine, l’artisan aimait sont travail. Il maitrisait de bout en bout la pièce qu’il façonnait de ses mains. Forgerons, ébénistes, drapiers, mais également paysans qui aimaient leur terre et leurs bêtes étaient autant de talents et d’énergie qui fondait une vie d’épanouissement par le travail bien fait.

 


La « Révolution industrielle » du 19ème siècle fait passer notre pays d’une société agraire et artisanale à une société commerciale et industrielle dont l’idéologie est technicienne et rationaliste . La demande croissante de biens de consommation pousse les entreprises à produire plus et plus vite. Ces changements entrainent deux phénomènes qui déséquilibrent profondément les salariés : Le séquençage (ou morcellement) des tâches et la pression du résultat. De nos jours, les collaborateurs de nos entreprises subissent encore ces effets négatifs et souffrent au travail. Or, là ou naguère le travail était épanouissant et créait du lien social positif et respectueux, nos entreprises sont devenues des zones hautement pathogènes où de nombreux salariés travaillent pour vivre par obligation Pourtant, onze années de recherches nous ont permis de démontrer que leurs résultats sont fondés sur les compétences des personnes elles-mêmes fondées sur leurs 3 équilibres individuels.

 

 


L’expérience de généraliste de l’équilibre, du bien-être et de l’efficience (nouveau métier qui fera l’objet d’un prochain article) montre que nos déséquilibres personnels influencent fortement l’expression de nos compétences et de nos talents en entreprise (et dans toutes organisations).
Or, il est une croyance qui survit très bien en entreprise : « La vie privée, personnelle, doit être décorrelée de la vie professionnelle. Elle n’est pas du ressort de l’entreprise.». Les dégâts causés par cette croyance sont innombrables mais, entre autres, il en existe un préoccupant : le Pathomanagement.

 


Vous venez de lire la première partie de cet article. Pour lire la suite, créez un compte, ou connectez-vous.