Ressources humaines

«La problématique du sens dans l'entreprise va prendre de l'ampleur»

Entretien avec Alexandre Cornu, cofondateur et CEO d'Octomine.
Romain Guitton, Alexandre Cornu et Yves-Richard Hong Tuan Ha (de gauche à droite)

 


Quel sera l'avenir de la qualité de vie au travail et du bonheur en entreprise dans les prochaines années ?

 


Je travaille dans la QVT depuis 5 ans, et entre temps les choses ont déjà énormément évolué. Alors qu'on en parlait très peu, aujourd'hui, c'est devenu naturel d'y penser pour toute entreprise, quelle que soit sa taille. A l'avenir, la question sera de donner plus de sens au travail du collaborateur. C'est essentiel aujourd'hui, ça l'a toujours été ! Mais la problématique du sens dans l'entreprise va prendre de l'ampleur. On va aller vers plus de liberté pour le salarié d'organiser son temps et vers une reconnaissance des résultats plutôt qu'une évaluation à la présence ou au temps, ce qui est très français. Les entreprises vont chercher à améliorer le sens et l'efficacité de l'organisation par plus d'autonomie dans le travail. Il y a aussi une grosse demande des salariés en ce sens. La conséquence, à notre avis, c'est que pour les entreprises, il y a une nécessité de mesurer l'impact des actions de qualité de vie dans le but de mieux les piloter et de savoir comment orienter un changement de culture transversal sur la qualité de vie au travail en entreprise.

 

 

Votre start-up propose aux entreprises un baromètre pour mesurer cette QVT. En quoi votre approche innove-t-elle par rapport à ce qui existe déjà sur le marché ?

 


Notre baromètre se réalise en continu, avec envoi régulier de questionnaires qui change toutes les semaines, ce qui nous permet d'être très réactif dans le choix des actions à mettre en place. Il est objectif dans la mesure où nous tenons compte de données environnementales et contextuelles pour qu'il y ait le moins d'influence extérieure sur les réponses, comme le mauvais temps qui dure depuis trois semaines ou une bonne journée parce qu'une décision positive a été prise ! Enfin contrairement à d'autres baromètres sociaux, le nôtre prend en compte les données de performances de l'entreprise et la corrélation entre réussites humaines et économiques. Le but est d'accompagner un patron opérationnel à savoir quelle action peut avoir le meilleur impact sur la performance de sa structure.

 

 

Avez-vous rencontré des difficultés pour faire adopter votre concept par les dirigeants ?

 


C'est vraiment au cas par cas. Avant de nous lancer, nous avons mené une très longue étude. Quand nous parlions du concept il y a deux ans, les gens ouvraient grand les yeux... Nos interlocuteurs trouvaient la fréquence trop importante et ils se demandaient ce qu'ils feraient des résultats. Mais ces impressions se sont atténuées. Les sociétés se sont rendu compte que le baromètre avait un intérêt, que cela leur apportait plus de bénéfice que de contraintes. Mais il y a toujours quelques réticences. Certains ne se disent pas prêts. Il faut une certaine maturité managériale pour adopter notre solution car, dans une entreprise qui fonctionne selon le système traditionnel, les managers ne sont pas prêt à être jugés en permanence sur le terrain.

 

Propos recueillis par Chloé Goudenhooft

 

 

 


Créée en 2016, la start-up Octomine propose un outil de mesure de la qualité de vie au travail et des actions à mettre en place pour permettre d'instaurer un dialogue plus direct et qui rende compte des questions des salariés, tout en étant sécurisé et anonyme.

@Octomine_OT

 

 

Ecrit par / Propos recueillis par Chloé Goudenhooft le 13/09/2017
Mots-clefs : QVT, santé, qualité de vie au travail, management, data, digital, transformation
Métiers associés :
A voir également

La RSE est un élément clé des actifs immatériels

#VivaTech : Start-up et open innovation

Orange lance le Hackathon Bonheur au travail !

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +