Ressources humaines

Intelligence des talents versus intelligence collective

Par Loïc Le Morlec, expert des organisations.

On associe aisément l’intelligence collective à l’esprit start-up où tout est à imaginer, à inventer, à créer. Dans ce contexte d’innovation totale, l’intelligence collective contribue au développement des talents individuels, des intelligences, ces talents nourrissant de nouveau celle-ci dans un cercle vertueux de co-apprentissage, de co-développement et de performance.
Avec la mondialisation, l’ubérisation, l’avènement du digital, l’économie collaborative, on a un peu trop vite considéré que tout serait à réinventer dans un monde désormais accéléré, «disrupté», devenant ainsi une gigantesque start-up.
Si effectivement on trouve des secteurs touchés par l’Ubérisation, on est à mille lieux du raz-de- marée annoncé il y a quelques mois. Pire, Uber est passé de symbole de cette nouvelle économie à celui d’un capitalisme effréné, entraînant des chauffeurs dans un presque esclavagisme moderne, ne parvenant pas malgré tout à équilibrer un business model (UBER est structurellement à perte) dont la finalité est bien de supprimer l’ «Homme», espérer le remplacer au plus vite par la machine pour trouver enfin une rentabilité.
Si tout est effectivement à inventer dans une start-up ce n’est pas le cas dans les Grands Groupes.
On rappellera que pour eux la mondialisation a déjà commencé depuis des décennies. Et si l’accélération du temps est une réalité pour tous, la vitesse, elle, est propre à chaque marché voire positionnement sur le marché. Qu’inspirerait par exemple cette accélération du temps aux business proposant des contrats clients de 30 ans (oui cela existe encore) ?

Les grands groupes disposent d’un savoir-faire élevé, ce qui semble curieusement oublié dans tout ce qu’on peut lire ou entendre. Ils n’ont pas à tout à réinventer comme voudraient le faire croire ceux qui y ont un intérêt commercial.
Ils ont par ailleurs le cash pour acquérir des startups prometteuses sur les secteurs émergents.

 

 


Vous venez de lire la première partie de cet article. Pour lire la suite, créez un compte, ou connectez-vous.