Ressources humaines

De la démocratie sociale ?

Interview de Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA.
Likez JOBSFERIC sur Facebook


 

 
Lors de votre intervention au colloque « Entreprise : comment réussir le dialogue social en France » organisé par la Fondation Jean-Jaurès en avril dernier à la Bourse du travail, vous avez affirmé que le syndicalisme pouvait faire barrage aux dérives populistes.
Pouvez-vous nous expliquer pourquoi l’UNSA s’empare-t-elle du sujet?

 



Les montées populistes touchent l’Europe et le monde entier. L’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République s’est faite dans un contexte particulier. La montée de l’extrême droite et la peur de voir arriver Marine Le Pen au second tour des élections a permis un report des voix vers l’actuel président. Les mouvements contestataires n’ont cependant pas disparu et l’actualité nous le prouve. Ils sont profonds et traversent tout le pays car les citoyens ne se sentent pas totalement représentés par la majorité parlementaire. Au niveau syndical, on s’est emparé de cette question car le parti FN remet en cause le cadre démocratique républicain auquel l’UNSA est très attaché. C’est pour cela que nous avons donné, exceptionnellement, des consignes de vote pour lui faire barrage bien que nous ne soyons support d’aucun parti politique. Nous menons un combat démocratique vis-à-vis les salariés, qui pourraient être attirés par les sirènes de l’extrême droite, pour leur ouvrir les yeux sur les véritables enjeux démocratiques. Les citoyens sont à l’heure actuelle bousculés et en perte de repères dans les sociétés modernisées qui se transforment rapidement. Ils réagissent par un repli sur eux-mêmes et le terrain est favorable au développement de mouvements xénophobes ou anti-européens. Les courants populistes sont eurosceptiques car ils pensent que l’UE aggrave leurs difficultés. Or nous sommes pro-européens mais pour une Europe sociale. Les institutions européennes doivent évoluer et nous sommes dépositaires d’une certaine responsabilité pour qu’il y ait d’autres alternatives aux politiques néolibérales. Il existe une confédération européenne des syndicats dont l’UNSA est membre. Face aux problématiques induites par la globalisation de l’économie, l’UE constitue un échelon de réponse qui doit impérativement intégrer les défis sociaux et environnementaux. Le combat est difficile mais un éclatement de l’UE engendrerait une situation bien pire pour les salariés.

 

Que proposez-vous, notamment en matière de lutte contre le chômage et la marginalisation des personnes en situation précaire?


Vous venez de lire la première partie de cet article. Pour lire la suite, créez un compte, ou connectez-vous.

Derniers articles pro
Articles les plus lus