Ressources humaines

L’enseignement du dialogue social au cœur des formations RH

Un entretien avec Gwénaëlle Poilpot-Rocaboy et Pierre Chaudat.
Gwénaëlle Poilpot-Rocaboy, présidente du réseau Référence RH et co-responsable du master RH de l’IAE de l’Université de Rennes 1


En juillet dernier, les membres du réseau Référence RH débattaient de la question du dialogue social dans les formations RH. Explications avec Gwénaëlle Poilpot-Rocaboy, présidente du réseau Référence RH et co-responsable du master RH de l’IAE de l’Université de Rennes 1, et Pierre Chaudat, chargé de la labellisation au sein du réseau Référence RH et responsable du Master RH de l’IAE de l’Université d’Auvergne.

 

 

Vous avez accueilli à l’IAE de l’Université d’Auvergne les 5 et 6 juillet derniers, les membres du réseau Référence RH autour du thème « Le dialogue social dans nos formations RH : faut-il l’enseigner ? Comment l’enseigner ? ». Avez-vous choisi ce thème du fait de l’actualité ?

 


Non, l’actualité nous a malheureusement suivis. Nous avions choisi en septembre dernier de réunir nos 36 formations RH de 3ème cycle universitaire et de grandes écoles autour de ce thème car beaucoup de nos étudiants disent leur inquiétude face aux relations sociales. Ils s’interrogent sur la manière d’appréhender ces relations, la posture à adopter, les écueils à éviter, etc. Face à l’actualité, leur peur est légitimement renforcée car lorsqu’on a 20 ans, il est difficile de se projeter dans une situation de négociation avec des représentants échauffés et violents comme ils peuvent les percevoir dans les médias. Lors de ces deux journées et avec la participation de Bénédicte Ravache, secrétaire générale de l’ANDRH, nous avons accueilli des praticiens soucieux de nourrir le débat et d’être force de propositions : Stanislas Desjonquères, président du directoire de l’entreprise Biose, Emmanuel Froissart membre de l’association Réalité du dialogue social et Jean-Pierre Poisson, directeur des relations sociales de Bouygues Télécom, en charge de la commission nationale « Dialogue social » de l’ANDRH.

 

 

Comment les responsables de formation définissent-ils leur mission d’enseignement du dialogue social ?

 


Les responsables de formation pensent majoritairement que leur mission est de changer les représentations que les étudiants peuvent avoir des relations sociales, de contrer leurs stéréotypes largement alimentés par les médias. Notre rôle est de leur faire prendre conscience de l’importance du dialogue social, de son rôle stratégique dans la bonne marche et la construction des valeurs et de la valeur ajoutée de l’entreprise, de les intégrer dans une perspective de long terme car les relations sociales ne peuvent se construire que dans le temps, de les guider vers des logiques de confiance et de transparence, de partage de l’information, de formation des acteurs sociaux, etc.

 

 

Quels sont les contenus et les méthodes d’enseignement que vous développez dans vos formations pour répondre à ces objectifs ?

 


Nous constatons que quatre dimensions du dialogue social sont enseignées. La première, dominante, est la dimension juridique. Elle vise à présenter les obligations légales et réglementaires ainsi que les modes de fonctionnement imposés en matière de représentations du personnel et d’élection, de droit syndical, de négociations de conventions collectives, d’accords d’entreprise… L’approche pédagogique est de type « top-down » avec une mobilisation de connaissances à partir d’études de cas concrets. Cette dimension juridique est souvent enseignée non pas comme une contrainte mais comme un repère pour chaque praticien RH et son dirigeant soucieux du bon fonctionnement de son entreprise. L’obligation légale devient un outil et une opportunité pour organiser le dialogue social.

 

 

Quelle est la seconde dimension ?

 


Elle est plus identitaire. Elle a pour objectif de rappeler l’histoire des syndicats, de présenter leurs actions et leurs caractéristiques, de repérer les diverses structures syndicales présentes aujourd’hui en France, de les comparer et d’analyser les autres formes de relations sociales en occident. L’approche pédagogique consiste à mobiliser des universitaires spécialistes des syndicats et à faire témoigner des acteurs syndicaux de diverses structures. Emmanuel Froissard et Jean-Pierre Poisson ont pu conseiller les responsables de formation d’utiliser des séquences vidéo et de jouer sur des formations multi-modales mêlant support numérique, mises en situations, échanges, cours classiques… Ils ont notamment cité l’intérêt, à condition de le remonter en plusieurs séquences vidéos, d’utiliser le reportage « Syndicats, histoire d’un contre-pouvoir » diffusé par France 5 en 2015 pour sensibiliser leurs étudiants au contexte spécifique français. Ils ont aussi évoqué qu’il est parfois plus pertinent de faire témoigner des « acteurs de terrain », idéalement jeunes, plutôt que de solliciter les patrons de centrales syndicales. Il s’agit de permettre aux étudiants de mieux s’identifier aux intervenants et de comprendre concrètement la réalité des relations sociales au quotidien.

 

 

Parlez-nous des dernières dimensions du dialogue social qui sont enseignées…

 


La troisième dimension est relationnelle et tend à développer des « savoir-faire » et « savoir-être » nécessaires à l’animation des relations sociales, à la négociation, à la gestion de conflits et à la gestion de crise. Les approches pédagogiques sont majoritairement actives avec des études de cas, des mises en situation, des simulations et jeux de rôles.
Enfin, une dimension stratégique est enseignée afin de mettre en avant le rôle du dialogue dans la conduite de l’organisation, dans les stratégies de changement, de restructuration et d’innovation des entreprises. Des rencontres avec les acteurs du dialogue social ont lieu, des témoignages des représentants de la direction et des salariés sont analysés, des études de cas organisées. Nous constatons que si cette dimension est présente, elle doit être renforcée dans nos formations afin de démontrer encore et encore que le dialogue social est une composante essentielle de la bonne marche de l’entreprise.

 

 

Pensez-vous que ces enseignements soient suffisants pour former un jeune au dialogue social ?

 


Ces enseignements, s’ils sont nécessaires, ne sont pas suffisants. Nous pensons en effet que la connaissance de l’entreprise et du monde du travail est essentielle pour devenir un bon « dialogueur social ». Armés de leurs enseignements, nos diplômés sont en capacité de mieux comprendre le monde du travail, de décoder les jeux d’acteurs et les modes de relations entre les différents intéressés. Mais les responsables de formation conseillent souvent à leurs étudiants d’observer et d’analyser dans un premier temps en silence, de démarrer leur métier de RH dans des fonctions plus généralistes ou plus techniques telles qu’assistant RH, chargé de recrutement, de formation, de développement RH, etc. Devenir un « dialogueur social » nécessite en effet une expérience et une maturité qui aident à être plus à l’aise, plus confiants et donc plus légitimes auprès des partenaires sociaux. Par le biais de ces enseignements et de ces conseils aux futurs praticiens, les membres du réseau Référence RH aspirent sincèrement à contribuer, dans les années à venir, à faire évoluer les relations sociales vers un réel dialogue et faire enfin disparaître les défaillances actuelles du dialogue social relayées par les médias ces dernières semaines.

 

 

 

Propos recueillis par Michel Barabel

 

 


Citation : « La mission des respon¬sables de formation est de changer les représentations que les étudiants peuvent avoir des relations sociales, de contrer leurs stéréotypes largement alimentés par les médias. »

 

 

Article paru en partenariat avec La Revue Personnel de l'ANDRH, numéro de septembre 2016.

Ecrit par Propos recueillis par Michel Barabel le 09/09/2016
Mots-clefs : dialogue social, formation RH, Réseau Référence RH, métier RH, master RH
Métiers associés :
A voir également

Les surdoués, des talents créatifs et performants

Bâtir une GRH qui mobilise les travailleurs handicapés

Digitalisation ou "Digitaline"? Dangers et promesses

Commentaires sur l'article

Commenter avec :
Facebook
Google +